M. Cassin, Structure et prologue de la deuxième Homélie sur le Notre Père de Grégoire de Nysse : modalités d’un commentaire homilétique

La deuxième Homélie sur le Notre Père de Grégoire de Nysse constitue le début du commentaire proprement dit de la prière du Seigneur, après une première homélie consacrée principalement à la nature de la prière et à sa nécessité.

L’exorde de l’homélie présente d’abord une entrée en matière extrêmement articulée, qui rapproche et distingue deux législateurs qui sont également mystagogues, Moïse et Jésus-Christ, à partir d’une réécriture du récit de l’ascension de la Montagne (séquence qui sera étudiée en détail dans la séance du 18 décembre). Il se termine par un développement sur le vocabulaire de la prière, qui appartient encore à l’introduction générale des Homélies : Grégoire y distingue εὐχή, le vœux, préalable nécessaire à la prière proprement dite, προσευχή. L’évêque de Nysse est ici très éloigné des distinctions subtiles et nombreuses qu’établit Origène dans son Traité de la prière (ch. 14 en particulier). Les références bibliques et la structuration des termes sont radicalement différents.

Le corps de l’homélie est constitué de deux sections principales, consacrées chacune à l’une des parties du verset commenté, « Notre Père », d’une part, « qui est au cieux », d’autre part. Toutefois, ce schéma linéaire est redoublé par une autre justification du propos, qui présente la deuxième étape comme la recherche d’un sens plus profond du verset. Si la première section présente les modalités de la vie humaine qui peuvent rendre le moins indigne possible d’appeler Dieu « Père » – en particulier par une conduite vertueuse, qui seule peut justifier l’appellation de « fils de Dieu » appliquée aux hommes – la seconde s’étend, à partir d’une reprise de la parabole du fils prodigue (Lc 15), sur le thème du retour de l’homme vers sa patrie céleste, perdue.

Chacune des parties s’ouvre par un premier mouvement différent de la suite, plus didactique. La première partie débute par deux grand mouvements oratoires, sur l’envol de l’âme, d’une part, et sur la grandeur de la nature divine, d’autre part. Elle se clôt, en outre, par une prosopopée divine. La seconde partie, qui a une structure quelque peu différente, commence cependant par une paraphrase explicative de la parabole du fils prodigue. Dans l’ensemble, le commentaire du texte de la prière du Seigneur est remarquablement intégré dans la structure d’un discours, d’une grande force rhétorique.

On a enfin proposé une correction au texte édité – ou plutôt une correction différente de celle de Callahan – en 24, 16. Au début d’une quasi-citation de 2 Co 6, 14, les manuscrits ont un texte grammaticalement incorrect : Ἀλλ’ οὐδεὶς κοινωνία φωτὶ πρὸς σκότος, φησὶν ὁ ἀπόστολος. Callahan a proposé de corriger en Ἀλλὰ Τίς κοινωνία… retrouvant ainsi le texte paulinien. Cependant, il paraît plus léger de corriger simplement la désinence du mot attesté par les manuscrits : Ἀλλ’ οὐδεμία… Si Grégoire cite souvent le verset sous sa forme exacte, il le modifie également, même lorsqu’il l’attribue explicitement à Paul : οὐδεμία γὰρ κοινωνία φωτὶ πρὸς σκότος, φησὶν ὁ ἀπόστολος (Cant. 298, 1-2) ; Ἄκουσον τοῦ ἀποστόλου μηδεμίαν κοινωνίαν εἶναι φωτὶ πρὸς σκότος διδάσκοντος (Virg. XVI, 2, 2-3), formulations qui confirment directement la conjecture proposée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *