Sébastien Morlet, Le débat dans les dialogues antijuifs de la fin de l’Antiquité : fiction et réalité

Les dialogues chrétiens avec le judaïsme forment un corpus d’un dizaine de textes composés entre le IIe et le VIe siècle. A part celui de Justin et celui de Jacques de Saroug, ils sont tous anonymes. Ils se présentent tous comme les minutes de débats ayant réellement eu lieu. Ils abordent trois ensembles de questions : 1) Jésus est-il le Christ ? (question la plus importante) ; 2) L’Evangile est-il supérieur à la Loi ? ; 3) Qui est le peuple de Dieu ? L’existence de ces dialogues s’inscrit à la fois dans une tradition littéraire qui remonte à l’époque classique et dans le contexte d’une situation polémique réelle, juifs et chrétiens ayant l’habitude de débattre au cours de disputes privées ou publiques. Ces textes présentent un paradoxe : ils devraient constituer des documents très importants sur la polémique vivante, mais renvoient en réalité un reflet certainement très infidèle des échanges, sur le plan formel comme sur le plan du contenu.

C’est particulièrement clair dans le cas du Dialogue de Timothée et Aquila, situé aujourd’hui au VIe s. Ce texte, composé en grec, est transmis sous deux formes : une recension longue, et une recension courte. Il se présente comme les minutes d’une discussion ayant opposé un juif et un chrétien à Alexandrie, à l’époque de l’évêque Cyrille, mort en 444.

Le dialogue se présente avant tout comme un échange fictif :

  • Il a de multiples sources littéraires, fait qui contredit a priori la possibilité qu’il puisse en même temps refléter un débat authentique.
  • Alors que plusieurs sources indiquent que les juifs, y compris dans leurs débats avec les chrétiens, n’utilisaient pas la Septante, mais des révisions grecques, le juif du dialogue n’utilise jamais les révisions, et son texte présente même parfois des influences clairement chrétiennes. Cette remarque, qui s’ajoute à l’absence de matériel rabbinique dans l’argumentation du juif, tend à montrer que le judaïsme du dialogue est avant tout fictif. Il est inutile, et certainement illégitime, d’utiliser le dialogue pour reconstruire une forme de judaïsme totalement étranger aux idées rabbiniques.
  • Le dialogue fonctionne comme un outil d’exposition de la doctrine chrétienne, et non comme le reflet d’un échange polémique. Le juif est là pour servir l’exposition de la vérité chrétienne, et ses objections n’ont que peu de poids. Plus fondamentalement, il prend les traits d’un élève qui se laisse instruire, tout comme le chrétien prend celui d’un professeur.

Cette dernière observation amène à s’interroger sur l’un des contextes possibles de production et de transmission du texte. Si l’on peut parler sans difficulté d’une intention pédagogique ou catéchétique, faut-il aller jusqu’à imaginer que ce texte ait pu servir de manuel dans le cadre d’une catéchèse, c’est-à-dire d’une instruction pré-baptismale ? Plusieurs observations vont dans ce sens.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *