Arnaud Perrot, À propos de l’Ep. 1 de Basile de Césarée

Cet exposé s’est intéressé au caractère prétendument « ascétique » de l’Ep. 1 de la correspondance de Basile de Césarée. Depuis un article publié en 1959 par J. Gribomont, il va de soi pour les spécialistes et les éditeurs de Basile de Césarée que l’épître placée en tête de la correspondance du Cappadocien par les Mauristes est adressée à Eustathe, évêque de Sébaste, réputé par sa grande austérité de mœurs. Il s’agirait de la composition la plus ancienne du Cappadocien, coïncidant avec l’expression lettrée de sa vocation ascétique. À ce titre, donc, et quoiqu’elle ne figure dans aucun manuscrit des « Ascétiques », les commentateurs ont cru bon de verser l’Ep. 1 au dossier des « lettres ascétiques ». Pourtant, les arguments utilisés – en particulier le fait que le mot φιλόσοφος prendrait ici et par exception le sens de « moine » et que la présence de la référence profane serait due à un bagage littéraire encore mal maîtrisé et inadapté au destinataire – peinent à emporter notre conviction.

La structure de cette pièce, que nous avons traduite à nouveaux frais, se laisse aisément appréhender : 1. une introduction qui repose en partie sur les lieux communs de l’écriture des lettres (la lettre comme substitut de rencontre) ; 2. un récit, qui documente un voyage présenté comme une course-poursuite amoureuse à la suite du « philosophe », dans une ambiance socratique ; 3. la conclusion, qui est un renoncement au jeu littéraire : à la jubilation littéraire du § 2, gorgé de réminiscences profanes que nous avons détaillées au cours de l’exposé, vient s’opposer la rupture de ton imposée par le § 3, amorcée par le motif du changement d’avis : « Mais, comme je le disais, je vais mieux grâce à ta lettre et je ne suis plus du même avis » (καὶ οὐκέτι ἐπὶ τῆς αὐτῆς εἰμι γνώμης). Le lemme Φημὶ δὲ qui inaugure le § 3 est nettement adversatif et la thématique prend une couleur plus religieuse (τῷ Θεῷ χάριν εἰδέναι, l.43 C.), quoiqu’elle ne soit pas trop ostensiblement chrétienne. Elle a pour fonction de ramener la lettre au plan du sérieux et de « siffler » en quelque sorte la fin du jeu littéraire et de la course-poursuite, relégués au passé, tant dans l’esprit, que dans la lettre. La pointe finale semble prendre de la hauteur par rapport à la prime jubilation.

A la fin de la lecture, il n’est pas du tout clair pour nous que l’auteur de cette lettre, qui est d’abord un texte très littéraire et une démonstration tout ce qu’il y a de plus volontaire de paideia, s’adresse à un chrétien. En tous les cas, ni le christianisme ni l’ascétisme ne sont le sujet de cette lettre et la complicité épistolaire se fait à travers l’usage de références et de notions profanes. Il est loin d’être évident, par conséquent, que le destinataire de la lettre soit, comme on le croit depuis J. Gribomont, Eustathe de Sébaste, quelle qu’ait été sa situation religieuse au moment de la composition de l’épître. La présence des vocables φιλόσοφος et φιλοσοφία dans un mouvement profane, uniquement riche de réminiscences grecques, l’absence de marqueur confessionnel, les déclarations fatalistes prêtées au philosophe et le titre « Ton Éloquence », qui salue, dans l’épistolographie, la culture littéraire du destinataire, ne jouent pas en faveur de l’identification proposée par le Bénédictin et reprise depuis par la critique basilienne. Sans doute avons-nous, en réalité, un de ces documents qui témoignent des relations intellectuelles entre l’élite chrétienne et l’élite païenne.

L’Ep.1 pourrait même constituer, alors, un document remarquable sur la mobilité géographique des élites, étudiants comme professeurs, si c’est, comme l’auteur le prétend, spécialement pour suivre des cours de philosophie – païenne dans ce cas –, que l’auteur a quitté Athènes. Si l’on peut émettre des doutes quant à l’identification proposée par R. Goulet – le théurge Eustathe de Cappadoce –, car il y a sûrement plus d’un philosophe à s’appeler Eustathe, de même qu’il y a plus d’un évêque à s’appeler Eustathe ou Basile, il n’y a effectivement rien d’invraisemblable à ce qu’un φιλόσοφος – un « philosophe de profession » – aille faire des séries de cours, ou de conférences, de cité en cité, et rien d’invraisemblable non plus à ce que Basile de Césarée, après sa rhétorique, ait souhaité suivre des leçons de « philosophie ».

Arnaud Perrot


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *