Arnaud Perrot, Jugements littéraires de Basile de Césarée sur l’écriture de la polémique

La lettre de Basile de Césarée à laquelle les Mauristes ont attribué le numéro 135 est un accusé de lecture – ἐνέτυχον (1.1 C.) –, de deux ouvrages, vraisemblablement des ouvrages de controverse doctrinale, qui lui ont été adressés, selon le témoignage majoritaire des manuscrits, par un certain Diodore, un prêtre d’Antioche, que les critiques ont identifié comme étant le futur évêque de Tarse. En dépit de la réputation ascétique du destinataire, cette lettre intéresse davantage l’histoire des lettres que l’histoire des moines. L’intérêt principal de ce texte est de donner des règles pour l’écriture de la polémique littéraire chrétienne, une pratique relativement récente à l’échelle de l’histoire littéraire. Il ne renseigne pas avec certitude sur le contexte de la polémique – car le fond est rapidement évacué par le biais d’un satisfecit – et, même sur la forme littéraire précise des œuvres du destinataire, on ne peut savoir certainement qu’une seule chose, que l’une a reçu bon accueil pour la clarté de l’exposition des thèses adverses et de leur réfutation, et que l’autre est trop littérairement travaillée, si bien que son lecteur perd le fil de la polémique, en particulier à cause des attaques ad hominem intercalées d’une manière ou d’une autre dans la discussion de fond.

Assimilée dans ce texte à un genre ancien, le dialogue, la polémique chrétienne est pensée, jugée, non à travers des catégories spécifiques, jamais formulées pour les genres chrétiens dans l’Antiquité tardive, mais à travers les catégories et les modèles existants et installés du corpus profane : le genre judiciaire, brièvement évoqué, et principalement le genre du dialogue, dans lequel elle se trouve ici englobée, genre qui, dans le corpus profane, peut avoir des accointances avec la comédie, sous le rapport des attaques ad hominem. Ce texte, destiné à éclairer la pratique chrétienne de la polémique doctrinale, donne, finalement, une démonstration de paideia et un double conseil d’imitation des dialogues de Platon, quoiqu’il ne vise pas l’écriture de textes que le moderne reconnaîtrait assurément comme des dialogues proprement dits ; ils apparaissent néanmoins à l’auteur comme une extension d’un genre ancien, dont l’écrivain chrétien veillera à la bonne continuation, selon une certaine morale de l’écriture.

Arnaud Perrot


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *