Arnaud Perrot, De quelques lettres composites dans le corpus de Basile de Césarée : la lettre-préface de l’Hypotypose d’ascèse et l’Ep. 2

Paris, BnF, gr. 1561
Paris, BnF, gr. 1561

Les deux textes étudiés, se signalent, chacun dans leur ordre, par des phénomènes d’hétérogénéité littéraire. La « lettre-préface de l’Hypotypose d’ascèse » a été éditée à plusieurs reprises : dans l’édition princeps des Ascétiques en 1535, par Fr. Combefis en 1679 qui le tenait pour un inédit, et enfin par J. Gribomont en 1953. Nous avons affaire, avec le « Prologue 6 » à une préface qui atteste, ou prétend attester, que cette compilation est une compilation d’auteur – l’usage de la première personne du singulier est sans équivoque de ce point de vue – et qui détaille, dans sa partie centrale, le contenu du corpus ascétique qui suit effectivement, dans cet ordre, dans les manuscrits, quelles que soient les pièces supplémentaires qui peuvent leur être adjointes en amont et en aval : Du jugement de Dieu, Sur la foi, Ethiques, Questions. Au début du XVIIIe siècle, J. Garnier avait, lui, renoncé à établir une nouvelle édition critique de ce texte qu’il jugeait suspect. Les arguments du Mauriste étaient à la fois internes et externes, et il avait conclu, sur la base des éléments considérés, à un document d’élaboration tardive. J. Gribomont a été, dans sa thèse sur l’Histoire du texte des « Ascétiques », un partisan de l’authenticité de la pièce, en considérant que les arguments de J. Garnier étaient sans portée sur un texte mieux établi. C’est la partie centrale du texte, marquant un changement de style, qui est en cause. Or, malgré l’édition à nouveaux frais de J. Gribomont, dans cette partie intermédiaire entre l’énoncé des motivations d’écriture – un moment de crise doctrinale et/ou disciplinaire – et l’envoi à proprement parler, le style du document devient technique et la syntaxe très difficile, parce qu’elliptique. L’absence de sujets et l’emploi des verbes ont été soigneusement étudiés et s’accordent mal avec la pratique cappadocienne des lettres-préfaces ou des lettres d’envoi. La lettre-préface que nous connaissons sous l’appellation de « Prologue 6 » ou « Prologue de l’Hypotypose d’ascèse », qui, en sus d’interventions rédactionnelles jouant de façon évidente le rôle de « raccords » entre ces textes, crée la cohérence et l’ordre de la somme doctrinale et disciplinaire des « Ascétiques », pourrait-elle être considérée, au moins dans sa partie centrale, comme un artifice littéraire d’une seconde main, destiné à créer a posteriori la cohérence du corpus constitué et à légitimer comme « véritable » une certaine akolouthie ?

L’Ep. 2 comporte, elle, deux parties visibles, liées par une transition (1.18-21 C.). On passe d’une première partie en forme de discours sur soi – le peu de profit que l’auteur a personnellement tiré de l’ἐρημία – à un texte de forme prescriptive et générale. La lettre, particulièrement longue pour un courrier, constitue alors comme un « manuel », un « guide » qui totalise les principes qui doivent animer la vie d’un homme spirituellement engagé, auquel sont donnés, successivement et dans des parties différentes, les noms de σπουδαῖος (2.70 C.), de φιλόθεος (4.9 C.) et d’ἀσκητής (τῆς εὐσεβείας) (6.40 C., 6.46-47 C.), mais jamais de « chrétien ». Si, en raison de la forte rupture littéraire qui les sépare, on met à part l’introduction du courrier qui peut avoir un caractère secondaire, il reste à donner un « nom » à un ensemble de définitions et de développements plus ou moins longs, écrits sur un mode plus général ou exhortatif. On peut exclure, faute de sources identifiables, le genre de l’épitomé ou du florilège, ou avouer, en tous les cas, l’impuissance de la Quellenforschung sur ce texte. L’absence de visée explicative globale, de portée argumentative nette ou d’appareil pédagogique excluent le « manifeste » ou un caractère d’introduction à telle ou telle partie de la doctrine, quand un certain nombre de passages sont inspirés, au contraire, par une intention manifeste de concentration. L’objectif (s’il n’est pas celui – secondaire – évoqué dans l’introduction, c’est-à-dire faire connaître ses occupations) pourrait être de constituer un mémento ou un manuel pour son usage personnel (d’où l’aspect parfois concentré), puis, par le jeu de la mise en forme épistolaire, pour celui de ses proches…

Arnaud Perrot


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *