S. Morlet, L’accusation de malentendu (parakoè) dans la polémique entre Celse et Origène

Dans le Contre Celse (248), Origène reprend la question de l’accord de la philosophie et de l’Ecriture, mais dans une perspective différente de celle des Stromates, oeuvre perdue qui cherchait à confirmer les doctrines de l’Eglise à l’aide de la philosophie. Contre son adversaire, qui accuse régulièrement le christianisme d’être un contresens (parakoè) par rapport aux traditions mythologiques et philosophiques grecques, Origène cherche à retourner l’argument et présente au contraire la philosophie comme le produit d’une mauvaise entente de l’Ecriture. Sa volonté de rétorsion le pousse à utiliser l’argument contre Celse lui-même, qu’il accuse de s’être mépris concernant le christianisme et ses doctrines, à partir de sources peu fiables ou de textes scripturaires qu’il aurait été incapable de comprendre. L’analyse montre que ce thème de la parakoè renvoie à un type d’accusation fréquent dans les controverses entre écoles sous le Haut-Empire. Elle disparaît progressivement ensuite dans la polémique entre païens et chrétiens, ne subsistant qu’à l’état résiduel, sans doute en raison de Porphyre qui, à la différence de Celse, était convaincu de l’antiquité de Moïse et des prophètes et qui, pour cette raison, ne pouvait pas développer sur une même échelle l’argument – jugé absurde par Origène – selon lequel les auteurs sacrés se seraient inspirés de Platon.

Sébastien Morlet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *