M.-È. Geiger, Questions de traduction autour des thèmes de la formule liminaire et de la dédicace dans la première homélie de Jean Chrysostome In principium Actorum (CPG 4371)

La première homélie In principium Actorum appartient à une série dont nous avons conservé quatre sermons ; ils ont été prononcés par Jean Chrysostome à Antioche. Dans ce texte, le prédicateur explique pourquoi il est important d’éclairer la signification du titre du livre biblique des Actes des Apôtres avant de commencer l’exégèse du livre lui-même.

Le paragraphe central de l’homélie présente le plan que Chrysostome va suivre au cours de sa série de prédications, et met en avant l’importance de l’explication voire de la justification du titre du livre, « nourriture spirituelle » inédite que Chrysostome se propose d’offrir à ses auditeurs. Comparaisons profanes à l’appui, il s’applique ensuite à montrer le bien-fondé de cette démarche herméneutique : le titre a une fonction et une force considérables, comme le visage révèle tout le reste du corps, comme le nom même de l’empereur est plus important que son image ou que l’inscription de ses hauts faits, comme l’intitulé d’une lettre donne des indications primordiales avant même qu’on ne la lise. Le prédicateur poursuit sa justification en convoquant le premier exemple biblique développé dans l’homélie, l’épisode de Paul à Athènes (Ac 17, 16-34), où l’apôtre s’empare de l’épigramme gravée sur l’autel, « Au dieu inconnu », et en renverse le sens pour mieux tenter de convertir les Grecs.

Titre, épigramme, intitulés, inscriptions diverses : Jean Chrysostome passe allégrement d’un exemple à un autre, sans continuité logique apparente, et en s’écartant semble-t-il de son propos initial, qui est de montrer l’importance du titre du livre biblique. Néanmoins, quelques grands axes de réflexion concernant la fonction de ces formules brèves et le plus souvent liminaires se dégagent. L’inscription prise dans son sens large possède en effet :

  • Une fonction introductive due à sa place. L’inscription est ἐπιγραφή, « écriture sur », elle surplombe le reste, se trouve en exergue, saute aux yeux. Dans le cadre d’une analyse textuelle, si l’on procède avec méthode, il faut logiquement la prendre en compte en premier dans un commentaire, même exégétique. La question de la place dans l’ordre de lecture, de la raison d’être du titre, ainsi que celles du but (σκοπός) et de l’utilité (χρήσιμον) d’un texte sont au cœur du commentaire scolaire tel qu’il était pratiqué dans les écoles de rhétoriques, notamment néoplatoniciennes[1]. La démultiplication des exemples profanes et le développement d’un exemple biblique autour d’un autre « écrit sur », l’épigramme (ἐπίγραμμα), tout comme l’intégration implicite d’une pratique courante dans la culture païenne de l’époque, montrent ainsi l’effort de synthèse culturelle opéré par Chrysostome sur un point en apparence marginal, la question du titre.
  • Une fonction programmatique due à sa brièveté. L’inscription est θησαυρός, trésor qui contient en germe, dans un espace réduit, l’ensemble de ce qui va suivre, un développement explicité ou non ensuite. On retrouve cette idée dans le principe de « l’initiale prégnante » théorisé par Gilles Dorival : « un livre biblique n’est jamais que le développement du mot ou du verset qui l’inaugure » [2]. Mais Chrysostome est là encore en même temps héritier de toute une tradition philosophique et littéraire profane, celle de l’ἐγχειρίδιον, du « manuel » comme celui d’Epictète, des apophtegmes comme ceux de Plutarque, des préceptes comme ceux de Marc-Aurèle. La réflexion sur l’art de la formule ramassée, quasi oraculaire, permet un nouveau et rapide pont entre les cultures.
  • Une fonction polémique, due à son utilisation. L’inscription est outil de renversement qui a une grande force en soi : elle se renverse elle-même (comme le sens de l’épigramme de l’autel est renversé par Paul) et elle renverse l’interlocuteur que l’on veut convaincre ou convertir. Ce renversement s’inscrit dans le contexte éristique de l’époque ; il est ainsi parfaitement possible d’appliquer à notre texte la phrase par laquelle Jean Reynard qualifie la demande à l’origine du traité Sur le titre des Psaumes de Grégoire de Nysse : il y aurait là une « volonté de démontrer contre certains que les titres ne doivent pas être négligés, mais qu’ils font partie intégrante de l’Écriture inspirée et s’y insèrent parfaitement »[3]. La fonction polémique se double de la fonction programmatique dans la mesure où l’orateur lui-même ne cesse de pratiquer le renversement d’idées dans son homélie. Chrysostome renverse même le sens de cet épisode des Actes qu’il cite en exemple : il passe sous silence les premiers débats à Athènes et le scepticisme final des Athéniens qui se manifeste par leurs moqueries (Ac 17, 32), pour faire de ce relatif échec de Paul une brillante victoire de l’apôtre sur les Grecs, les païens. Le renversement, à l’échelle du passage entier et non plus seulement de la formule, devient alors réécriture du texte biblique.

[1] I. Hadot, « Les introductions aux commentaires exégétiques chez les auteurs néoplatoniciens et les auteurs chrétiens », Les règles de l’interprétation, Paris, Les Éditions du Cerf, 1987, pp. 99-122. Voir aussi : P. Hoffmann, « La problématique du titre des traités d’Aristote selon les commentateurs grecs. Quelques exemples », in Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques : Actes du Colloque International de Chantilly, 13-15 décembre 1994, Paris, Institut d’Études augustiniennes, 1997, pp. 75-103.

[2] G. Dorival, « Sens de l’Écriture », Dictionnaire de la Bible, Supplément, t. 12, Paris, Letouzey & Ané, 1996, col. 430.

[3] Grégoire de Nysse, Sur les titres des Psaumes. Introduction, texte critique, traduction, notes et index par Jean Reynard (Sources chrétiennes 466), Paris, Les Éditions du Cerf, 2002, p. 32.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *