F. Frazier, Construire (la lecture d’) une Vie : l’exemple de la Vie d’Antoine de Plutarque

Écriture biographique et « commentaire » (1)

Prolégomènes à un commentaire littéraire des Vies; État des lieux

 

L’idée qu’il y avait place dans la recherche plutarquienne pour un nouveau type de travail sur les Vies, dont reste à définir le format universitaire, a peu à peu pris corps dans mon esprit au cours des dernières années, où j’ai été amenée à trois reprises à revenir à l’œuvre par laquelle j’avais autrefois abordé Plutarque :

  • j’ai donné au printemps 2011 une conférence à l’École Doctorale de Nanterre qui présentait les perspectives des études plutarquiennes à l’aube du XXIe siècles et j’avais choisi d’y insister sur le domaine le plus en déshérence actuellement en France, celui des Vies -certaines des Œuvres Morales étant de temps à autre abordées, plus, il est vrai, par les historiens ou les historiens de la philosophie que par les hellénistes;
  • la mise au programme de l’agrégation de la Vie d’Antoine en 2013 m’a amenée à étudier en détail une Vie à l’été 2012 et à considérer de plus près le format de monographie qu’on pourrait envisager, format dont la conception n’est pas sans relation avec mes années d’expérience de préparation à l’agrégation. J’ai en effet toujours conçu comme objectif ultime de ces cours de comprendre et faire comprendre une œuvre au sens plein du terme: il s’agirait donc de développer l’approche la plus com-préhensive possible et, plus concrètement encore, de mettre en forme le travail d’élucidation qui se développe au long d’une année de cours et dont, pour Antoine, j’ai fait deux synthèses, l’une thématique dans une collection destinée aux agrégatifs[1], l’autre dans le format réduit de l’introduction d’un Classique en poche[2]: la forme « universitaire » reste donc toujours à trouver;
  • enfin à l’été 2013, Les Belles Lettres m’ont demandé de travailler à une seconde édition de ma thèse, Morale et Histoire dans les Vies Parallèles de Plutarque, version remaniée d’un travail d’habilitation achevé à la fin de l’année 1991, revu en 1992 et publié en 1996; la rédaction d’une nouvelle préface et la mise à jour de la bibliographie m’ont fourni l’occasion de faire sur l’état de la recherche sur les Vies un point encore plus précis que je ne l’avais fait en 2011.

Cette nouvelle approche, pour la définir provisoirement à grands traits, n’est pas sans rapport avec le travail de notre atelier, car la lecture « compréhensive » que je propose est étroitement liée à la conception de l’écriture qui nous a réunis, qui veut saisir la production littéraire, dans sa double dimension de mouvement créatif et de résultat – ce que l’on trouve dans le terme ποίησις et les substantifs suffixés en -σις et qui est transposé sur la notion d’écriture, comme réunion de ces réalités inséparables que sont une pensée qui s’incarne et l’expression qui lui donne forme. Pour cerner précisément le travail de cette écriture biographique –dont il faudra spécifier les traits propres, il faut trouver un mode de lecture que j’avais d’abord songé à désigner comme un « commentaire littéraire ». Un premier exposé donné au séminaire de l’Université Laval le 10 octobre dernier, devant un public aussi familier des études francophones que de la tradition anglophone, ce qui n’est pas sans intérêt pour un domaine qui est en ce moment l’apanage de ces derniers, en a montré les inconvénients. La présentation de l’état actuel de la recherche, tant sur les Vies de Plutarque que sur le genre multiforme et mal défini du commentaire et les problèmes qui se sont fait jour, constitueront la matière des prolégomènes ici proposés.

L’état actuel de la recherche (1) : les Vies parallèles comme œuvres morales

L’idée que les Vies Parallèles, les Bioi, notion qui elle-même appartient à la philosophie morale et désigne le genre de vie, sont un type d’œuvres morales, que la tradition, dans le sillage, en particulier, de l’édition de la Bibliothèque historique de Constantin Porphyrogénète, a séparé des autres Moralia —tandis que la même tradition réunissait sous cette appellation générique les vingt-et-un premiers textes planudéens, l’ensemble du corpus, englobant des traités et opuscules sans aucune thématique morale—, n’allait pas de soi lorsque je me suis engagée dans l’étude des Vies, il y a déjà trente ans. Elle est aujourd’hui largement admise par les spécialistes de Plutarque, même si toutes les conséquences n’en sont pas nécessairement tirées dans l’étude particulière des Vies (point qui sera développé dans ma prochaine communication de décembre)[3], mais tous ces spécialistes sont anglophones, la seule exploitation méthodique et abondante en France étant à mettre au compte d’une historienne Pauline Schmitt-Pantel, qui les utilise comme documents dont, en particulier, le matériel anecdotique fournit matière à une histoire des mœurs[4] et qui est relativmeent indépendante du regain biographique amorcé chez les historiens en réaction à l’esprit des Annales [voir Chr. Chandezon dans la Bibliographie].

L’étude des Vies doit beaucoup aux nombreuses études qu’en a données depuis 1979 celui qui est aujourd’hui leur plus grand spécialiste, C. B. R. Pelling (Bibliographie I): il n’a pas conçu de livres sur le sujet – les seuls livres complets qu’on lui doit sont une édition commentée de la Vie d’Antoine et une traduction commentée de la Vie de César –, mais il a insisté d’entréesur sa « flexibilité » —point intégré à la description de la biographie donnée par G. Camassa dans l’“encyclopédie” italienne consacrée à l’espace littéraire– et proposé des concepts stimulants, comme la distinction entre protreptic (et sa variante : prescriptive) et descriptive moralism. Dix-huit articles ont été réunis en un recueil commode, Plutarch and History, dont l’un traite précisément du « moralism » dans les Vies. Ses premiers articles traitant, dans la ligne de l’étude pionnière de P. A. Stadter sur le Mulierum Virtutes, de la méthode historique, l’on voit que, d’une certaine manière, sa réflexion a suivi le même mouvement que moi, partant de la constation que la matière est majoritairement historique pourmettre en lumière la visée morale de l’œuvre. C’est sur cette visée que s’est concentrée la thèse de T. Duff, qui était sous presse quand ma propre thèse a paru, fruit outre Manche de la nouvelle impulsion donnée par C.B.R. Pelling: il s’agissait de donner un contenu thématique à ce « moralisme », là où je m’attachais au travail de la matière historique et à sa mise en forme biographique. Plus précisément, ce travail intitulé Exploring virtue and vice –et qui me semble complémentaire du mien– commence par une analyse du Moralizing programme de Plutarque, auquel l’étude de quatre case studies [Pyr.-Mari., Phoc. Cm, Lys.-Sylla, Cor-Alc.] donne un contenu plus précis; enfin une réflexion sur le parallèle, choix et sens, permet de replacer l’œuvre dans son époque. Cette inflexion s’est prolongée dans les années qui suivent autour de la notion de « lecteur », développée dans le sens plus historique des relations entre la Grèce et Rome par P. A. Stadter, dans le même sens moral par T. Duff, dont l’article de 2007/2008 constitue une excellente synthèse et met bien en lumière le rôle actif requis du lecteur, qui participe du projet moral.

La place, parfois hypertrophiée, du lecteur –liée pour d’autres œuvres à une réaction contre « l’autorité » de l’auteur—, s’inscrit aussi dans une perspective plus récente, et moins spécifique des études plutarquiennes : la perspective narratologique, qui remplace d’une certaine manière rhétorique et stylistique, pour intégrer aux études la dimension littéraire des Vies. Cette approche déborde Plutarque, qui n’est qu’un des items de la sorte d’encyclopédie en deux tomes dirigée par Irene de Jong —la première à avoir publié un grand commentaire narratologique, celui de l’Odyssée : dans le premier volume, Narrators, Narratees and Narratives, le chapitre consacré aux Vies est écrit par C. B. R. Pelling, et, dans le second, qui traite du temps, par Mark Beck —récent éditeur du Blackwell Companion to Plutarch. Ce n’est évidemment pas le genre d’ouvrage qui permet de détailler la construction propre à chaque Vie et, outre sa généralité, cette approche systématique n’est pas sans danger, qui tend à égaliser tout énoncé narratif : cette limite apparaît bien, me semble-t-il, dans la contribution donnée par C. B. R. Pelling au Congrès International de Rhetymno de 2005, qui met en parallèle, comme y invitait le thème du congrès[5], le récit de la libération de Thèbes dans la Vie de Pélopidas et dans le Sur le Démon de Socrate, où n’est pas suffisamment prise en compte la la différence générique entre biographie et dialogue philosophique, et plus précisément la métamorphose qu’implique l’inclusion du récit dans un dialogue philosophique et la part prise par le récit à la réflexion philosophique même. En revanche, lorsqu’on se concentre sur la biographie, il est indéniable qu’il s’agit d’une forme à dominante narrative, mais où la narration a elle-même son originalité, ses intentions propres. Or si ces orientations morales, leur contenu et leur visée, vers le lecteur et à l’intérieur de l’aire culturelle gréco-romaine, semblent désormais bien explorées, il y a encore place, me semble-t-il, pour une étude plus particulière de chaque Vie, attentive au texte et à cette « rencontre » du biographe avec son personnage qu’évoque Plutarque dans la préface de Paul-Emile[6].

Les études sur le commentaire

Pour définir la forme de lecture des Vies, il m’a semblé utile de faire un détour par les réflexions modernes sur le commentaire : la tendance réflexive qui prédomine dans la recherche actuelle me semblait former un terreau favorable à une réflexion. Quelques rencontres — dont on trouvera en annexe la table des matières — ont eu lieu, dont je présenterai rapidement les grandes orientations, mais dont aucune n’apporte véritablement d’aide à l’élaboration d’un « commentaire littéraire ».

Le premier des volumes en date contient 17 contributions issues en partie d’un congrès tenu à Heidelberg en 1997 et appartient à la collection Aporèmata, dirigée par G. Most, et sous-titrée kritische Studien zur Philologiegeschichte. L’approche historique prend ici une dimension essentiellement sociologique, et se concentre sur le pouvoir, autorité des textes et pouvoir culturel. Une fonction majeure du commentaire est de laisser, donner, ou réactiver “a trace of its wisdom” : le champ des textes examinés se concentre en conséquence  sur les textes religieux [babyloniens, Midrash, etc] et sur les textes scientifiques; limitant majoritairement le littéraire au didactique -si l’on définit ainsi grossièrement ce que ces textes, qui font autorité, peuvent avoir en commun-, le corpus s’élargit à des œuvres plastiques, avec, pour justification première, un intérêt porté aux croisements des arts, qui implique le commentaire d’une œuvre plastique par un texte, mais prétend aussi interpréter comme commentaire d’un texte une œuvre plastique — Daphné et Apollon du Bernin par rapport à Ovide – ou Ovide) ou musicale – Bach et l’écriture – . Cette interprétation, qu’on peut trouver quelque peu forcée, participe de la volonté affichée d’instaurer un débat transdisciplinaire, dont l’enjeu ultime, par-delà la dimension culturelle, est un enjeu de pouvoir, ou, pour citer, plus précisément G. Most : « It may be suggested, in conclusion, that what a commentary does most essentially is to empower (the author… the commentator… the reader…, the institutions). » Rien de tout cela ne concerne la pratique universitaire contemporaine, et la fonction du commentaire prime la simple définition de ce type d’écrits.

Cette définition sert de point de départ à la présentation du recueil de R. K. Gibson & C. Shuttleworth Kraus, deux latinistes dont le seconde est intéressée par l’historiographie. La difficulté qu’il y a à définir le commentaire y est soulignée, d’autant plus grande qu’on a souvent le sentiment de savoir confusément ce qu’est un « bon commentaire »et de n’avoir pas à s’y attarder : ainsi de la recension d’un commentaire de Tacite due à C. E. Murcia (« Tacitus auctus », CP 79 (1984) 314, cité p. ix), où on lit « A good commentary needs or aims at accuracy, good judgment, completeness, concision, and, where possible, originality » —si les deux premières qualités critiques ne posent pas grand problème, les trois suivantes ne vont pas autant de soi qu’il peut paraître, en particulier la « complétude », qui ne se confond pas avec la notion d’étude compréhensive et peut entrer en concurrence avec le développement d’une interprétation cohérente, hiérarchisant les remarques ; de même l’« originalité » ne va pas sans difficulté, qui déplace la lumière de l’œuvre à l’éclairer sur le commentateur. En tout état de cause, cette énumération de qualités ne constitue pas une définition. La multiplicité des commentaires, dont le recueil édité par G. Most donne une idée, rend plus aisée une définition en extension et, en effet, un recenseur de nouveau, du recueil de Most (O’ Donnell, BMCR 2000.05.19), a tiré de sa lecture la proposition de typologie suivante :

  1. Transcription … of an oral exposition [e.g. sermons chrétiens]
  2. Marginal notes and interlineations in an authoritative text [e.g. Pélage sur Paul]
  3. Compilations of marginalia [e.g. les Glossa Ordinaria du Talmud]
  4. A “commentary” deliberately written as a vehicle for the exposition of the commentator’s own views [= le type pratiqué depuis les lecteurs hellénistiques de Platon et Aristote] … with the particular distinction in our own time between the ambitious learned commentary, the humble commentary for students, and (very commonly practiced by classicists) the ambitious learned commentary headed by a recusatio purporting that the subjoined work is only a humble commentary-for-students.

À l’image du recueil de Most, les commentaires des textes religieux dominent outrageusement, aboutissant à un partage où la quatrième section recouvre à peu près tous les commentaires modernes. C’est en tout cas sur ce type qu’est centré le recueil, c’est-à-dire sur le type qui nous intéresse. Les éditeurs ont choisi de solliciter surtout des intervenants qui soient aussi des praticiens du commentaire, savant ou scolaire — même si quelques contributions donnent un aperçu des continuités et discontinuités entre com mentaires modernes et commentaires antiques. Particulièrement intéressants pour nous sont l’exemple des deux formes de commentaires d’Homère, « traditionnel » ou narratologique, et, plus encore, la réflexion que développe R. Ash sur le commentaire historiographique. Sa conception est étroitement corrélée aux relations établies entre Histoire, embellissement rhétorique et vérité et les commentateurs tendent à choisir leur camp. En gros, un regard sur les titres qui précisent la nature du commentaire proposé tend à montrer que literary n’est employé que pour des poètes (Eschyle et l’Orestie, les Silves de Stace ou les Elégies de Tibulle) tandis que pour l’historiographie le commentaire est historical, excluant même le plus souvent la dimension littéraire et le travail de l’écriture que Moles compare de façon pittoresque, sinon satisfaisante pour le spécialiste de littérature, au glaçage du Christmas cake. Pour donner des œuvres une vision plus équilibrée, R. Ash se demande donc où placer le curseur dans le commentaire entre littérarité et histoire et propose, comme troisième type, un historiographical commentary, qui associerait histoire et littérature. Et pour illustrer cette proposition, elle donne pour exemple un passage des Histoires de Tacite (2, 93), et juxtapose l’élucidation purement historique donné par Chilver, est essentiellement stylistique, et ce qu’elle propose, qui se veut “elucidation of the literary qualities of Tacitus’ language and for discussion of the impact which that language might have on the interpretation of historical questions”; l’orientation en est essentiellement stylistique et l’ensemble me semble rester excessivement au niveau de la dictio; même si l’on met en avant la définition par Cicéron de l’écriture de l’histoire comme opus rhetoricum, la dispositio en fait partie —et si l’on adopte notre conception de l’écriture, elle prend même une place prépondérante dans la mesure où elle rend sensible le déploiement de la pensée construisant l’œuvre.

Un dernier recueil est venu à ma connaissance à l’occasion de ma conférence à Québec et il me paraît exemplaire du flou qui entoure le commentaire, pouvant recouvrir à peu près toutes les formes d’exégèses de l’annotation au commentaire à la manière de César ; exemplaire aussi de la difficulté à cerner cette forme familière mais si diverse, autant par le contenu des communications que par l’écart que l’on peut mesurer entre le projet de synthèse qui a présidé à l’appel à communication et l’introduction des Actes finalement publiés. Un tableau en deux colonnes le met bien en lumière.

Appel à communication Présentation finale
  Omniprésent et pérenne, le commentaire est pourtant de ces objets d’étude à la fois familiers et méconnus.
De l’Antiquité à la fin de l’Ancien Régime, [sitôt entendu, PF] le terme fait écho à de multiples pratiques (glose, allégorie, manchettes, etc.), à de multiples sujets (grammaire, mythologie, rhétorique, etc.), à de multiples objets (commentaire des œuvres d’un Ancien, d’un contemporain, d’un anonyme). En dépit de savantes études sur les fables, sur l’allégorie, sur le rapport à l’autorité, la connaissance du commentaire demeure parcellaire : elle s’illustre le plus souvent par des descriptions circonscrites dans le temps et dans le nombre d’œuvres d’une pratique.
De plus, les approches reposent souvent sur des concepts, des notions dont les définitions ne font pas toujours l’objet d’une révision ou d’une adaptation au cas étudié. Aujourd’hui encore, l’érudition requise par le sujet semble repousser continuellement l’avènement d’une synthèse portant sur ses formes et ses sujets.
L’un des objectifs de ce dossier biparti est de distinguer les voix des praticiens de celles des théoriciens en dissociant les perspectives interne et externe. L’objectif de cette publication commune est de présenter diverses pratiques du commentaire et d’essayer de cerner, au fil du temps, la nature même de l’activité d’interprétation ou de lecture travaillée.
Par l’imposition de sujets communs, la première partie, intitulée Variations tentera, par-delà les époques, les sujets et les œuvres, l’établissement de liens entre diverses pratiques du commentaire de l’Antiquité au siècle des Lumières. C’est pourquoi, les propositions pour cette première partie déclineront leur propos selon les règles de composition suivantes :1. Notice de présentation du commentaire abordé avec indications historiques et histoire éditoriale [2 p.] ;

2. Définition générique au regard de la critique contemporaine de la production de ce commentaire ou, le cas échéant, de la critique moderne [5 p.] ;

3. Liens entre le genre et l’œuvre ou le sujet commenté [5 p.] ;

4. Discours explicite et implicite du commentateur sur son activité [5 p.] ;

5. Figures du commentataire (à qui s’adresse-t-on ? pourquoi ?) [5 p.].

Chacune des étapes de cette variation, pourvue d’un titre, sera rédigée sous forme d’un discours autonome puisque, à terme, ces angles d’approche feront l’objet de sections différentes.

De forme plus traditionnelle, Définitions rassemblera des articles (20-25 p.) portant sur la toile de fond « théorique », ancienne et moderne, du commentaire.

Nous proposons en somme de partir de six expériences diverses du commentaire pour essayer de souligner convergences et divergences dans l’usage des formes et — peut-être — de résoudre en partie la question du lien entre sujet et forme exploitée. 

 

 

La publication finale revient à la seule diversité des expériences du commentaire, dont partaient volontairement Gibson et Kraus, en s’éloignant davantage qu’eux du commentaire universitaire contemporain, et si la moisson est finalement maigre pour concevoir une forme nouvelle d’étude interprétative, deux éléments me semblent pouvoir être retenus: la notion de « lecture travaillée », moins équivoque peut-être que le commentaire, qui, de l’expérience que j’ai eue moi-même à Québec, évoque en priorité à l’auditoire les noms de Jebb ou de Gomme, et, en-deçà de la synthèse théorique des éléments communs à toutes les formes de commentaire, l’accent mis sur la nécessaire adaptation au sujet et au genre : c’est, pour le type d’étude seconde comme pour le texte premier des Vies, déplacer la lumière de la considération générale de l’ensemble à la particularité de chaque œuvre et de chaque approche.

Bibliographie

Quelques études sur les Vies et le genre biographique (classement chronologique)

C. B. R. Pelling, « Plutarch’s method of work in Roman Lives», JHS 99 (1979) 74-96.

Id., « Plutarch’s adaptation of his source-material », JHS 100 (1980) 127-140.

G. Camassa, « La biografia », in Cambiano G., Canfora L., Lanza D. (eds), Lo spazio letterario della Grecia Antica, t. I. 3, Salerno Editrice, 1994, 303-332

F. Frazier, Histoire et morale dans les Vies Parallèles de Plutarque, Paris, 1996 (2e éd. à paraître).

J. Edwards, « Biography and the Biographic », in M. J. Edwards & S. Swain (éds.), Portraits. Biographical Representation in the Greek and Latin Literature of the Roman Empire, Oxford, 1997, 227-234.

T. Duff, Plutarch’s Lives : Exploring Virtue and Vice, Oxford, 1999 (2e ed., 2002).

C. Β. R. Pelling, Plutarch and History. Eighteen Studies, London, 2002 (en part. « The Moralism of Plutarch’s Lives », 237-251).

C. B. R. Pelling, « “You for me and me for you”: Narrator and Narratee in Plutarch’s Lives », in I. de Jong, R. Nünlist & A. Bowie (eds), Narrators, Narratees and Narratives in Ancient Greek Literature: Studies in Ancient Greek Narrative I [Mnemosyne Suppl. 257], Brill, 2004, 403-21 [c.r. in Ploutarchos n.s.5 (2007/2008) 148].

M. Beck, « Plutarch», in I. de Jong & R. Nünlist eds), Time in Ancient Greek Literature: Studies in Ancient Greek Narrative II [Mnemosyne Suppl. 291], Brill, 2007, 397-411 [c.r. in Ploutarchos n.s. 8 (2010/2011) 183].

Chr. Chandezon, « « La biographie en histoire ancienne », in A. Coppolani et F. Rousseau (éds), La biographie en histoire : jeux et enjeux d’écriture, Paris, 2007, 30-47.

T. Duff, « Plutarch’s Readers and the Moralism of the Lives », Ploutarchos n. s. 5 (2007/2008), 3-18.

P. Schmitt-Pantel, Hommes illustres. Mœurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, 2009 [c.r. in Ploutarchos n.s. 8 (2010/2011)].

F. Frazier, « Histoire et Exemplarité : les “hommes de Plutarque” », in J. Dagen et A.-S. Barrovecchio (eds), Le Rire ou le Modèle ? Le dilemme du moraliste, Paris, Champion, 2010, 21-37 –article qui figurera en appendice de la 2e édition d’Histoire et Morale.

F. Frazier, « Bios et Historia. À propos de l’écriture biographique dans les Vies Parallèles de Plutarque », in M.-R. Guelfucci (dir.), Jeux et Enjeux de la Mise en Forme: aux marges de l’Histoire ? 2010, 155-172 –article qui figurera en appendice de la 2e édition d’Histoire et Morale.

J. Geiger, « The Project of the Parallel Lives: Plutarch’s Conception of Biography », in M. Beck (ed.), A Companion to Plutarch, Wiley Blackwell, 2014, 292-303.

P. A. Stadter, Plutarch and his Roman Readers, Oxford, 2014 (recueil de 23 articles revus).

Rencontres consacrées au commentaire

G. W. Most (ed.), Commentaries — Kommentare, Aporemata 4, Göttingen, 1999.

M.-O. Goulet-Cazé & T. Dorandi (eds), Le commentaire. Entre tradition et innovation. Actes du colloque international de l’Institut des traditions textuelles, Vrin, Bibliothèque d’histoire de la philosophie, 2000.

R. K. Gibson & C. Shuttleworth Kraus (eds), The Classical Commentary. Histories, Practices, Theory, Mnemosyne Suppl. 232, Brill, 2002.

A. Baudou & S. Varwacke (eds), Déclinaisons du commentaire, Études littéraires 43, 2012.

 

[1] F. Frazier, Vie d’Antoine, in F. Frazier / L. Thévenet, Silves grecques 2013-2014, Atlande, 2013, 129-220.

[2] Plutarque, Vie d’Antoine, introduction, traduction et notes, sous presse pour les Classiques en poche

[3] Un bémol est apporté aussi par le récent article de J. Geiger dans le Blackwell Companion, qui insiste plus sur la distinction générique entre histoire et biographie que sur les intentions propres du philosophe et moraliste; cette orientation un peu étonnante tient sans doute aux intérêts propres de l’auteur, spécialiste d’histoire, qui s’est particulièrement attaché aux figures des héros, chez Plutarque ou chez d’autres; l’étude de la plus récente mentionnée dans sa bibliographie, The First Hall of Fame: A Study of the Statues in the Forum Augustum [Mnemosyne Suppl. 295], 2008, est à cet égard significative.

[4] En dehors du livre mentionné dans la bibliographie, elle est l’auteur de nombreux articles, qu’on trouvera régulièrement recensés dans la Bibliography Section annuelle de la revue Ploutarchos.

[5] « Parallel Narratives : the Liberation of Thebes in De Genio Socratis and in Pelopidas », in A. G. Nikolaidis (ed.), The Unity of Plutarch’s Work. « Moralia » Themes in the « Lives », Features of the « Lives » in the « Moralia », Walter de Gruyter, Berlin / New York, 2008, 539-556 [c.r. in Ploutarchos n.s. 9 (2011/2012) 134-135.

[6] J’ai essayé d’en montrer l’originalité et l’importance dans mon article sur les hommes de Plutarque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *